Le mardi 16 octobre 2016, le chargé de projet e-Burkina à la Banque mondiale M. Axel Riffon PEREZ et une équipe du projet avec à sa tête le directeur du projet ont rendu visite auprès de Orange Burkina et de TELECEL Faso , deux des principaux  opérateurs de téléphonie mobile du Burkina  pour échanger sur des domaines de convergences sur des projets numériques.

A Orange Burkina l’équipe du projet s’est entretenu avec M.Rodrigue MARE  et M.  Issaka Kanazoe.

L’objectif de la rencontre selon M. Malik   TAPSOBA Directeur technique du projet était de voir quelles synergies d’action envisagées entre Orange et le projet e-Burkina, et de s’enquérir des projets numériques de l’opérateur.

Relativement au premier point Orange Burkina s’est montré intéressé par le projet des incubateurs à Ouagadougou et Bobo Dioulasso Le partenariat à envisager pourrait porter sur :

  • Une offre préférentielle pour la connectivité ;
  • Un accompagnement des starts  ups incubés ;
  • Une offre de stages ;
  • Un soutien dans le « partenariat business » à l’international.

A TELECEL Faso l’équipe de la banque mondiale et du projet s’est   entretenu avec M.Philippe   GOABGA Directeur de la Régulation et des ressources humaines  et   M. Ibrahim NAHON   chargé de communication .

Les échanges ont porté sur les incubateurs à mettre en place à Ouaga et Bobo et les contraintes du secteur des TIC au Burkina. TELECEL Fao a souhaité avoir plus d’informations sur la mise en place des incubateurs. Les   contraintes du secteur pour M. GOABA   sont entre autres :

  • Les difficultés du paiement électronique par rapport au e-commerce dans un contexte où il faut des plateformes adaptées
  • La certification des factures se font à l’extérieur mais pas au niveau national

Les opérateurs de téléphonie ORANGE Burkina et TELECEL FASO   et l’équipe du projet e-Burkina ont convenu de poursuivre les échanges pour un aboutissement du projet des incubateurs et du développement de l’économie numérique au Burkina Faso.

 

Responsable Communication

 

 Première réunion du comité de pilotage du projet E-Burkina

Le jeudi 21 décembre 2017   s’est tenue la première session du comité de pilotage (COPIL)  du projet E-Burkina  au siège  de l’Association Burkinabè pour le Management de la Qualité (ABMAQ). Les travaux du Comité de Pilotage du Projet se sont déroulés sous la présidence effective  de  Monsieur  Kisito  TRAORE , Secrétaire Général du Ministère du Développement de l’Economie Numérique et des Postes ,en présence des membres statutaires.

En rappel E-Burkina a démarré ses activités  en juin 2017. Il a pour principal objectif  de « Contribuer à l’édification d’une administration publique et privée performante grâce à l’apport des TIC »  et, est mis en œuvre  par l’Agence Nationale de Promotion des Tic (ANPTIC)  . Six (6) mois après  le démarrage des  activités  « c’est le lieu  de faire le point des acquis et des difficultés afin d’envisager avec sérénité  l’avenir » selon le Président du COPIL.

Au cours de cette réunion les activités suivantes ont été menées :

  • Présentation du projet e-Burkina ;
  • Examen et adoption du Programme de Travail d’Activités et de Budget PTBA 2017 (à titre de régularisation) ;
  • Examen et adoption du rapport de mise en œuvre du PTBA 2017 au 31 octobre 2017
  • Examen et adoption du Programme de Travail d’Activités et de Budget PTBA 2018.

 

A  l’issue de ce   COPIL , les membres  du comité de pilotage ont salué   l’équipe du projet  pour les acquis enregistrés  sous la coordination de Monsieur Michaël  Guibougna Lawakiléa FOLANE, Directeur Général de l’ANPTIC. Ils ont  également formulé des  recommandations et suggestions  sur la :

 

  • Mobilisation de la totalité de la contrepartie de l’état du Burkina Faso à temps ;
  • Élaboration d’un plan de mitigation des risques ;
  • Prise en compte du  GENETIC pour des actions de Co-développement ;
  • Sensibilisation des acteurs pour une adhésion au projet ;
  • Réduction de la fracture numérique  entre villes et campagnes ;
  • Élaboration du manuel de suivi-évaluation ;
  • Collaboration avec l’ARCEP au sujet de la signature électronique pour prendre en compte les textes en la matière.

Pour améliorer la capacité et l'utilisation des TIC par les administrations publiques et privées, il a été formulé en 2016, le projet e-Burkina. 

Financé par la Banque Mondiale, le projet est exécuté par l’ANPTIC et est prévu  pour une durée de 05 ans . 

 Les objectifs attendus du projet, sont de :

-   appuyer le développement de projets e-Gouvernement ;

-   soutenir l’innovation, la création et la pérennisation des entreprises et des emplois dans le domaine des TIC;

-   appuyer à la capitalisation de l’expérience de la mise en œuvre du projet «e-Burkina» pour d’autres projets;

-   renforcer l’ancrage institutionnel et les capacités de l’ANPTIC

 

A ce titre le projet e-Burkina est constitué de quatre (04) composante dont :

Composante 1 pour « un environnement propice à l'administration en ligne, incluant les cadres stratégiques, juridiques et réglementaires » ;

Composante 2   pour « une gestion des données et plate-forme numérique pour la fourniture de services électroniques » ;

Composante 3 pour « favoriser les compétences locales et l'esprit d'entreprise dans l'économie numérique » ;

Composante 4 pour la mise en œuvre du projet.

L'ANPTIC a été créee par Décret 2014-055/PRES/PM/MEF/MDENP/MFPTSS du 07 février 2014.
C'est la concrétisation de la volonté politique des autorités burkinabè de faire des TIC un levier de développement de l’économie nationale
et s’inscrit dans les référentiels de développement du pays (SCADD).

L'agence à pour objectif de favoriser:

   - l’approfondissement de l’appropriation des TIC;
   - l’innovation à travers le développement d’une expertise nationale reconnue et d’une industrie locale de services performante et compétitive, basés sur ces technologies ;
   - assurer la mise en œuvre des projets et programmes de développement des TIC;
   - opérationnaliser la stratégie du Gouvernement en matière d’administration électronique;
   - promouvoir l’utilisation des TIC dans les autres domaines de développement économiques, social, scientifique et culturel;
   - assurer l’opérationnalisation de la cyberstratégie nationale adoptée en 2004.

Le mardi 19 septembre 2017, s’est tenu dans la salle de conférence de la DGCOP, l’atelier de validation des Termes de Références(TDR), pour le recrutement des cabinets de consultants pour réalisation d’application dans le cadre du projet

Statistiques

Visiteurs
1
Articles
14
Compteur d'affichages des articles
33650

Agenda

Novembre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30